Meilleure Tireuse à Bière

Quel matériel et équipement choisir pour fabriquer sa bière ? Notre guide d’achat complet en 2024

Matériel brassage bière maison

Si vous êtes un amateur de bière et que vous souhaitez brasser votre propre bière à la maison, vous aurez besoin de certains équipements spécifiques pour commencer. Que vous soyez un brasseur débutant ou expérimenté, cet article vous donnera une liste complète en 2024 de tout ce dont vous avez besoin pour brasser votre propre bière maison.

Comment brasser sa propre bière maison ?

L’art de la fabrication de la bière artisanale est un véritable trésor pour les amateurs de bière du monde entier. C’est une pratique qui allie science, créativité et patience pour produire des breuvages délicieux et uniques qui satisfont les palais les plus exigeants. Pour commencer, il est essentiel de connaître les ingrédients de base : l’eau, le malt, le houblon et la levure.

La qualité de l’eau est primordiale, car elle peut altérer le goût de la bière si elle contient des produits chimiques tels que le chlore. Le malt est responsable de la saveur, de la couleur et de la texture de la bière, tandis que le houblon ajoute de l’amertume et de l’arôme. Enfin, la levure est le composant essentiel qui transforme les sucres en alcool.

Quelles sont les différentes étapes pour brasser sa bière ?

Atelier de brassage de bière

Le processus de fabrication de la bière artisanale implique plusieurs étapes, notamment le maltage, l’empâtage, l’ajout de houblon et la fermentation. Le maltage consiste à faire germer les grains de céréales, généralement de l’orge, pour libérer les enzymes qui convertissent l’amidon en sucre. 

L’empâtage est le processus de brassage des grains maltés pour créer le moût, qui est ensuite bouilli et assaisonné avec du houblon pour créer le profil de saveur souhaité. Enfin, la levure est ajoutée pour la fermentation, où les sucres sont transformés en alcool et en dioxyde de carbone.

Pourquoi brasser sa propre bière ?

Brassage de bière maison

Faire sa propre bière artisanale peut sembler intimidant pour les débutants, mais avec de la pratique et de la patience, il est possible de créer des breuvages savoureux et uniques à la maison. En expérimentant avec différents types de malts, de houblons et de levures, vous pouvez créer des saveurs qui correspondent parfaitement à vos goûts personnels. 

Que vous soyez amateur, passionné ou simple curieux, la fabrication de sa bière maison est une aventure culinaire qui en vaut la peine. Il est néanmoins nécessaire de disposer d’un équipement et de matériel adapté, et c’est ce que nous allons voir dans la suite de cet article.

Matériel de base pour brasser sa bière

Ce matériel de base est nécessaire pour démarrer le brassage de votre bière maison. La bonne nouvelle est que vous les possédez sûrement déjà dans votre cuisine, et qu’ils sont sinon assez simples et peu coûteux.

Chope de bière pression avec de la mousse

Une balance

La balance est un élément essentiel pour mesurer les ingrédients avec précision. Il est important de peser votre moult et les ingrédients correctement car une erreur de mesure peut affecter le goût et la qualité de votre bière. 

La balance doit être précise jusqu’à 0,01 gramme pour les ingrédients les plus délicats, comme les levures. Choisissez un modèle capable de peser plusieurs kilos pour un usage plus pratique.

Un thermomètre ou thermostat régulateur

Le thermomètre est également un outil indispensable pour brasser. La température est un élément crucial dans le processus de brassage, car elle affecte la qualité et la saveur de votre brassin. Les différentes étapes du brassage nécessitent des températures différentes, donc un thermomètre fiable et précis est indispensable. 

Vous pouvez opter pour un thermomètre numérique ou analogique, ou un thermostat régulateur, selon vos préférences.

Étape 1 : Matériel pour le concassage

Une fois que vous avez votre malt, vous devrez le concasser pour libérer les sucres nécessaires à la fermentation. Il existe plusieurs méthodes, mais les plus courantes sont l’utilisation d’un moulin spécial ou l’achat de malté déjà concassé

Pour plus de praticité, vous pouvez également utiliser une pelle à malt.

Choisir son moulin à malt

La première étape essentielle pour commencer à brasser chez soi est le concassage. Utiliser un moulin est généralement considéré comme la meilleure option car il permet un contrôle plus précis sur la taille du grain en réduisant les grains d’orge en petites particules.  Il existe différents types de moulins sur le marché, allant des modèles manuels à bas prix aux modèles électriques plus sophistiqués. 

Les moulins manuels sont souvent appréciés pour leur simplicité d’utilisation et leur faible coût. Les modèles électriques quant à eux peuvent être plus rapides et permettent un contrôle plus précis. Il est important de choisir en fonction de ses besoins et de son budget.

Acheter du malt déjà concassé

Si vous ne souhaitez pas investir dans un moulin à malté pour concasser votre orge, vous pouvez acheter des malts déjà concassés auprès de votre fournisseur. Cependant, il est important de noter que la qualité du rendement peut être affectée si celui-ci a été préparé depuis plusieurs jours. 

Il est préférable d’en acheter le plus frais possible pour obtenir les meilleurs résultats lors du brassage. 

Étape 2 : Matériel pour l’empâtage

La deuxième étape du brassage implique le choix du matériel pour l’empâtage, qui offre plusieurs possibilités aux brasseurs. Cette étape consiste à mélanger les malts concassés avec de l’eau chaude dans une cocotte ou une marmite. Une cuve électrique ou automatisée peut être idéale si vous brassez souvent ou si vous voulez automatiser certaines parties du processus. 

La taille de la cocotte dépendra de la quantité de bière que vous souhaitez faire. En effet, pour cette étape, il est nécessaire de chauffer une grande quantité d’eau et de disposer d’un récipient suffisamment grand pour contenir le malt additionné d’eau. Les besoins en contenance dépendent de la quantité de malts utilisés, généralement entre 2 à 3 litres d’eau par kg.

Option 1 : Utiliser une marmite et un sac de brassage (BIAB)

Les options pour une cuve d’empâtage incluent l’utilisation d’une simple marmite type fait-tout sur les plaques, avec ou sans un sac de brassage (technique BIAB) pour la filtration. Cependant, sans robinet pour soutirer, cela peut entraîner des difficultés pour brasser des quantités importantes. 

Aussi, bien que cette technique soit pratique pour les débutants, elle présente des limitations en termes de quantité de grain utilisé dans le brassin, ce qui affecte les rendements de l’installation. Pour éviter cela, les brasseurs confirmés optent pour un récipient d’empâtage dédié.

Option 2 : Utiliser une cuve en inox avec vanne d’extraction

Vous pouvez également utiliser des cuves en acier inoxydable pourvues d’une vanne d’extraction placée en bas, ainsi que d’un fond filtrant et d’un thermomètre. Pour chauffer le contenu, les brasseurs ont recours à un brûleur à gaz. Les fluctuations de températures sont souvent minimisées par l’ajout d’une couverture isolante, pour garantir un empâtage optimal. 

Leur durabilité est un atout indéniable, permettant leur utilisation à vie et leur compatibilité avec des sources de chaleur électriques ou à gaz (sous réserve de compatibilité avec l’induction).

Option 3 : Utiliser une cuve de brassage électrique

Une autre possibilité consiste à utiliser une unité de brassage électrique avec un thermostat pour stabiliser la température et un robinet pour soutirer. Les avantages comprennent une montée en température rapide et contrôlée, ainsi que la possibilité de l’installer n’importe où sans avoir besoin de plaques de cuisson ou de brûleurs. 

Option 4 : Investir dans une cuve automatisée

Pour les brasseurs les plus motivés, il est également possible d’investir dans une cuve automatisée, qui vous permettra de réaliser plusieurs étapes de brassage. Bien qu’un investissement plus important soit nécessaire, cet équipement offre de nombreux avantages.

Les marques telles que Klarstein ou Brew Monk sont moins chères, tandis que Grainfather, BrewTools ou Speidel sont plus chères mais de meilleure qualité.

Étape 3 : Matériel pour filtrer le moult

Lorsque l’empâtage est terminé, le moût obtenu est un mélange de liquide sucré et de solides de malts. Pour produire une bière claire, il est essentiel de filtrer le moult pour enlever les solides et ne conserver que le liquide sucré. Voici quelques méthodes courantes pour ce-faire.

Option 1 : Le sac de brassage

Cette méthode est la plus simple et la plus économique. Il suffit d’utiliser un grand sac en toile pour maintenir le malt en suspension pendant l’empâtage et le retirer une fois celui-ci terminé, comme nous avons vu précédemment. 

Cependant, cela peut nécessiter un peu plus de travail car il est important de bien presser le sac pour extraire tout le liquide sucré. De plus, cela peut s’avérer être moins efficace.

Option 2 : La passoire

Une autre méthode simple consiste à verser le moût à travers une passoire fine pour enlever les solides de malt. Cela peut être efficace pour les petits lots de bière, mais elle peut être plus difficile à utiliser pour les plus grandes quantités.

Option 3 : La cuve de filtration en plastique

Cette solution implique l’utilisation d’un bassin en plastique avec un fond perforé et une grille sur le dessus. Le moult est versé à l’intérieur et le liquide sucré est recueilli dans un récipient en dessous. 

Cette méthode est plus efficace et peut être utilisée pour de plus grandes quantités de moût.

Option 4 : La cuve automatisée

Comme nous avons vu précédemment, les cuves automatisées sont les plus chères mais permettent également de procéder au processus de filtration beaucoup plus facilement et efficacement. Elles ont un système intégré pour filtrer qui élimine les solides de malt et récupère le liquide sucré. 

Certaines unités automatisées ont également un système de nettoyage intégré, ce qui facilite le nettoyage après le brassage.

Étape 4 : Lavage des drêches

Nous allons maintenant vous présenter différentes options pour laver les drêches, qui sont les résidus qui restent après le brassage de la bière. De la méthode la plus simple et moins chère à la méthode la plus avancée et la plus coûteuse, on fait le point sur ces différentes possibilités.

Option 1 : Avec une cuve en plastique et une passoire

La solution la plus simple pour laver les drêches est d’utiliser une cuve en plastique avec une passoire. Après avoir filtré le moult, placez le sac de brassage ou les drêches à l’intérieur et versez de l’eau chaude dessus. Vous pouvez utiliser une passoire pour éliminer l’excès de liquide. 

Répétez ce processus jusqu’à ce que l’eau qui s’écoule soit claire. Cette méthode est simple et peu coûteuse, mais elle peut prendre un peu plus de temps.

Option 2 : Avec une cuve à double fond

Une autre possibilité pour laver les drêches consiste à utiliser une cuve à double fond. Celle-ci est dotée d’un tamis qui sépare les drêches du liquide. Après que le moult a été filtré, placez le sac de brassage ou les drêches dedans. Ajoutez de l’eau chaude et laissez reposer pendant quelques minutes. Le liquide s’écoulera à travers le tamis et sera recueilli dans le fond de la cuve. 

Option 3 : Avec une cuve automatisée

La méthode la plus avancée pour laver les drêches est d’utiliser une cuve automatisée. Celle-ci est dotée d’un système de filtration intégré qui élimine les drêches du liquide automatiquement. Après avoir filtré le moult, placez le sac de brassage ou les drêches. Ajoutez de l’eau chaude et allumez la machine. 

Le processus de lavage se fera automatiquement, et le liquide clair sera recueilli dans un récipient séparé. Cette solution est la plus facile et la plus efficace, mais elle peut demander un investissement plus important.

Nettoyage du matériel

Il est important de nettoyer votre matériel après chaque brassage pour éviter les contaminations. Vous pouvez utiliser de l’eau chaude et du savon pour nettoyer vos équipements. Il est également recommandé de désinfecter le matériel avec une solution désinfectante

Vous pouvez utiliser une solution de peroxyde d’hydrogène ou de l’acide peracétique pour désinfecter votre matériel. Assurez-vous de bien rincer après le nettoyage et la désinfection.

Étape 5 : Matériel pour l’ébullition et l’houblonnage

Une fois que les drêches ont été retirées, vous pouvez passer à l’étape d’ébullition et d’ajout des houblons. Cette étape est cruciale car elle stérilise le liquide, élimine les impuretés et ajoute des saveurs et des arômes de houblon à votre bière. Vous aurez besoin de différents équipements selon votre choix de méthode d’ébullition.

Grande marmite ou cocotte

Pour l’ébullition, vous aurez besoin d’une grande marmite ou cocotte, d’une capacité d’au moins 20 litres pour permettre une bonne évaporation et éviter les débordements. Vous pouvez utiliser une marmite en acier inoxydable, en aluminium ou en cuivre, mais il est important de vérifier que le matériau est compatible avec la source de chaleur. 

La marmite doit également avoir un couvercle pour éviter les pertes de chaleur et de liquide.

Brûleur à gaz

Pour chauffer rapidement le liquide à ébullition, vous aurez besoin d’un brûleur à gaz. Il existe différentes options sur le marché, allant des brûleurs portatifs aux brûleurs à haute puissance pour les équipements de brassage plus importants. 

Les brûleurs à gaz sont généralement alimentés par des bouteilles de propane, ce qui permet une utilisation en extérieur.

Matériel pour l'ajout de houblon

Pour ajouter les houblons, vous aurez besoin d’un sac ou d’un filtre à houblon pour éviter qu’ils ne flottent librement dans le moût. Les filtres à houblon peuvent être en nylon, en polyester ou en coton, et sont disponibles dans différentes tailles pour s’adapter à la quantité de houblon que vous utilisez. 

Les filtres à houblon sont souvent en acier inoxydable et peuvent être réutilisables.